© 2023 by Andy Decker. Proudly created with WIX.COM

October 6, 2019

August 29, 2019

August 25, 2018

June 12, 2018

February 10, 2018

November 1, 2017

Please reload

Posts Récents

Ce qui nous insupporte

October 6, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Délits de lignes

June 12, 2018

 

 

 

 

 

C’est Egon Schiele et ses dessins érotiques que Bernadette Février donnait à (re)voir dans « Délits de ligne », une exposition fugace qui s'est tenue à la Galerie Olivier Nouvellet (rue de Seine 17, 75006 Paris) le temps du Marché de la Poésie. On y retrouvait l’utilisation des calques déjà chers à l'artiste dans  « D’une ligne l’autre » (Galerie Lionelle Courbet déc. 2017). Ces calques donnaient déjà au travail de Février « une épaisseur translucide, une laitance - si j'ose dire - poétique. Un blanc mystère» Il faut croire que le mystère, dans l’œuvre érotique d’Egon Schiele, soit pour certain·es d’un insupportable aveuglement puisque ses oeuvres sont aujourd’hui, sur les panneaux publicitaires qui à Londres célèbrent le centenaire du peintre autrichien, carrément voilées, cachées, masquées. Décidément, notre époque n'est pas moins prude que celle de Schiele, emprisonné en 1912 pour outrage à la morale publique ! C’est cette censure que Février dénonce à travers « Délits de lignes », en redonnant à voir les dessins de Schiele à travers le jeu de deux calques – dont l’un superpose aux dessins du peintre le dessin encré de petites chaînes organiques, dessinées ailleurs, que Bernadette Février fait dialoguer avec les dessins de Schiele dévoilés – car le calque n'est pas ici voilement pudique mais tout au contraire invitation à entrer, par le dévoilement, dans le mystère de son érotisme.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square